Lutte contre le cancer chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis du Nord : entrevue

Lisez l’entrevue du Dr Corriveau sur la lutte contre le cancer dans le Nord et la stratégie de lutte contre le cancer dans les Territoires du Nord-Ouest

Lisez l’entrevue du Dr Corriveau sur la lutte contre le cancer dans le Nord et la stratégie de lutte contre le cancer dans les Territoires du Nord-Ouest

Dr CorriveauLe Dr André Corriveau, médecin hygiéniste en chef du ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest, décrit les défis auxquels font face les Premières Nations, les Inuits et les Métis en ce qui concerne la lutte contre le cancer dans le Nord et discute de la stratégie de lutte contre le cancer dans les Territoires du Nord-Ouest.

Quel est le plus grand défi auquel doivent faire face les Premières Nations, les Inuits et les Métis en ce qui concerne la lutte contre le cancer dans le Nord?

Les Territoires du Nord-Ouest comptent une très petite population répartie dans une région très vaste et la majorité des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis vivent dans de petites collectivités éloignées. Cela contribue à rendre décourageante l’expérience du cancer. Du diagnostic au traitement, en passant par la survie, les patients atteints de cancer doivent naviguer dans un circuit complexe de services qui les transporte des centres de soins de santé primaires situés au sein de leur collectivité à l’Hôpital territorial Stanton de Yellowknife et au Cross Cancer Institute à Edmonton, avant leur retour chez eux.

Si loin de chez eux, de leur famille et des sources de soutien communautaires, les patients atteints de cancer chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis font face à des défis supplémentaires tels que les barrières linguistiques ou l’absence de ressources de soutien adaptées à leur culture, ce qui rend encore plus déroutant l’organisation de vols et d’hébergements par le biais des services de transport médical.

Même au niveau communautaire, les divisions linguistiques et culturelles entre les membres de la communauté locale et les fournisseurs de soins primaires ont une incidence sur l’efficacité des activités et des ressources de promotion de la santé et de prévention du cancer, ainsi que sur les taux de participation aux programmes de dépistage.

Les défis sont complexes et interdépendants, mais nous espérons progresser dans leur résolution en travaillant avec les communautés et d’autres partenaires tels que le Partenariat canadien contre le cancer.